06/08/2008

Les premiers militaires belges en route

Les premiers militaires belges en route ce vendredi pour Kandahar.Déployés dans le cadre d'une mission baptisée "Guardian Falcon", les quatre F-16 belges serviront à des missions de dissuasion, de surveillance des lignes de communication (routes) dans le sud afghan, ainsi qu'en appui aérien aux forces de l'ISAF.

mil_be

Un premier détachement de militaires belges s'envolera ce vendredi à destination de Kandahar pour préparer l'arrivée, dès ce 1er septembre, des quatre F-16 que le gouvernement a décidé d'envoyer pour participer à la force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) dirigée par l'OTAN en Afghanistan. Cette quarantaine de militaires seront issus du "Field Accommodation Unit" de Beauvechain ainsi que du 4e Bataillon de Génie de Amay. Leur mission consistera à préparer les infrastructures nécessaires au déploiement, dès le début du mois prochain, des quatre chasseurs-bombardiers et de la centaine de militaires belges qui les accompagneront pendant une période initiale de 6 mois renouvelables.Plusieurs avions C-130 de la Défense nationale, ainsi que deux avions de transport de gros gabarit Antonov, seront mobilisés pour amener tout le matériel nécessaire.Déployés dans le cadre d'une mission baptisée "Guardian Falcon", les quatre F-16 belges serviront à des missions de dissuasion, de surveillance et des lignes de communication. Pour mener leur mission, les avions belges, qui sortiront toujours par deux, seront exclusivement équipés de bombes à guidage laser d'une puissance de 250 kg d'explosifs.
Ces engins de puissance plutôt modeste sont jugés les plus appropriés pour détruire des véhicules, des caches d'armes ou des petits rassemblements de combattants tout en réduisant le risque de dommages collatéraux. Ces bombes seront dirigées soit par un système de guidage embarqué, ou par des soldats de l'ISAF au sol équipés de pointeurs laser servant à désigner une cible.Les pilotes belges observeront les mêmes "règles d'engagement" (les circonstances dans lesquelles les pilotes peuvent faire usage de leur armement) que celles observées par les autres forces participant à l'ISAF. Le gouvernement à
toutefois imposé quelques restrictions, appelées "caveats" dans le jargon politico-militaire, pour assurer le plein respect des opérations avec les lois et règles belges. Celles-ci sont toutefois classées "confidentiel" pour des raisons de sécurité.

06:05 Écrit par Shane | Shane | Military | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.